GL    NOUVELLES DES EGLISES


Rome - LE PAPE ET LA CHANCELLIERE ANGELA MERKEL

Le Pape François a reçu le samedi 17 juin la chancelière allemande, Angela Merkel, Dans son communiqué, le Vatican souligne que les discussions ont été cordiales et et la collaboration fructueuse entre le Saint-Siège et l’Allemagne»

La prochaine réunion du G20 à Hambourg, les 7 et 8 juillet prochain, a été abordée par le Pape et Angela Merkel, qui ont souligné la nécessité de «donner une attention spéciale à la responsabilité de la communauté internationale pour contrer la pauvreté et la faim, la menace globale du terrorisme et des changements climatiques.»

Le Pape François et la chancelière allemande ont aussi rappelé la mémoire d’Helmut Kohl, qui s’est éteint le vendredi 16 juin, à l’âge de 87 ans. «Il restera dans nos mémoires comme un grand Européen, comme le chancelier de l'Unité» avait réagi Angela Merkel, ce samedi à Rome.

 «L’Eglise en Allemagne est reconnaissante pour le témoignage chrétien de Helmut Kohl» a déclaré le eprésident de la Conférence épiscopale allemande, le cardinal Marx, dans son message de condoléance.

Pour cette rencontre avec le Pape, Angela Merkel était accompagnée de son mari. Après l'audience, la chancellière ai rencontré le cardinal Pietro Parolin et Mgr Paul Richard Gallagher. (source : News.va)

* * * * * *

France - LES ORDINATIONS SACERDOTALES EN FRANCE 2017

Pour cette année 2017, 117 ordinations de prêtres sont prévues, dont 84 prêtres diocésains et ceux issus de communautés nouvelles et sociétés de vie de apostolique et les 33 prêtres venant de communautés religieuses.

L’engagement des prêtres au service de la communauté ne peut être que le résultat d’un cheminement qui part de la découverte du Christ jusqu’à l’ordination presbytérale en passant par l’appel à la vocation. laquelle se réalise ans le sacrement de l'Eucharistie et le sacerdoce.

C'est dans ce sens que le Pape engage la démarche synodale tqui se tiendra à Rome en octobre 2018 sur le thème de « La foi, les jeunes et le discernement vocationnel ».

Un dossier a été remis aux évêques et aux diocèses. (source : CEF.)

* * * * * *

Liban - LE SYNODE GREC-MELKITE DOIT ELIRE SON NOUVEAU PATRIARCHE

Le 19 juin à Beyrouth a débuté le Synode des Evêques de l’Eglise grecque melkite qui devra élire son nouveau Patriarche, Auu début du mois de mai, le Pape avait accepté la renonciation à la charge patriarcale de Grégoire III Laham.

L’assemblée synodale a lieu à Ain Traz, au sud-ouest de Beyrouth, et voit la participation de 29 des 33 ayant droit de vote dans le cadre de l’élection patriarcale.

Les réunions de la première journée ont été ponctuées par les réflexions spirituelles tenue par l’Archevêque grec melkite émérite de Beyrouth et Jbeil, Mgr Joseph Kallas. A partir du 20 juin, a débuté le processus électoral qui comportera l’élection du nouveau Patriarche. Pour être élu, il devra recevoir les deux tiers des voix.

Une fois achevé le processus électoral, Mgr Gabriele Caccia, Nonce apostolique au Liban, s’unira à l’Assemblée synodale. La proclamati on de l’élection aura lieu après que le nouveau Patriarche ait reçu "l’Ecclesiastica Communio" de la part du Pape . (source : Fides)

* * * * * *

Jordanie - LES LIEUX SAINTS ET LE ROI DE JORDANIE

La protection des Lieux Saints chrétiens et musulmans de Jérusalem représente « une priorité » pour la Monarchie hachémite, engagée à soutenir la naissance d’un Etat palestinien indépendant ayant Jérusalem-est comme capitale.

C’est ce qu’a réaffirmé le Roi Abdallah II de Jordanie en recevant, le 18 juin à Amman, une délégation des représentants religieux chrétiens et musulmans provenant de Jérusalem. Le Monarque jordanien a remarqué que l’engagement en faveur des communautés chrétiennes et musulmanes consiste d’abord et avant tout dans la protection du statu quo contre l’ensemble des mesures unilatérales visant à modifier la gestion traditionnelle des Lieux Saints.

Le Roi a également fait montre de confiance s’agissant de l’engagement pris par le Président des Etats-Unis, Donald Trump de travailler en faveur de la paix entre palestiniens et israéliens.

La délégation reçue par le Roi Abdallah II comprenait entre autre S.Exc. Mgr William Shomali, Vicaire patriarcal latin de Jérusalem pour la Ville Sainte et la Palestine, et le cheick Abdul Azim Salhab, chef du Conseil de Jérusalem pour les dotations religieuses.

Les membres de la délégation ont également pu remercier le Roi de son financement personnel au projet de restauration de la chapelle du Saint Sépulcre. (source : .Fides)

* * * * * *

Iran - UN ROI MAGE Y SERAIT ENTERRE

Au Nord de l’Iran, au bord d’un lac salé, la ville d’Ourmia est le berceau du christianisme en Iran, et la tradition locale dit qu’un des Rois mages y est enterré reprenant la tradition des savants de la culture iranienne.

La vieille église Ste Marie rappelle que l’apôtre St Thomas est passé dans la région où il aurait fondé les premières communautés chrétiennes. avec ses disciples.

Les traditions en Iran font même remonter la fondation de l’Église de Perse aux Rois mages, ces représentants du clergé zoroastrien, l’antique religion perse.

La Chronique de Zuqnin raconte comment ils évangélisèrent la Perse à leur retour de Bethléem et furent ensuite baptisés par saint Thomas.

Ce qui est certain, c’est que, dès la fin du Ier siècle, des chrétiens s’installent à l’ouest de l’Empire parthe, Près de deux millénaires après, il reste encore des églises très anciennes dans les villages même si la grande majorité des chrétiens est partie à Téhéran ou en occident. La petite communauté reste malgré tout vivante, malgré un avenir qui est incertain. (source : Chrétiens orientaux)

* * * * * *

Centreafrique - UN ESPOIR DE PAIX POUR LA CENTRAFRIQUE

Un accord a été signé le 19 juin à Rome, grâce à la médiation de la communauté de Sant’Egidio, entre le gouvernement de Bangui et les représentants des groupes politico-militaires du pays.

Le texte prévoit d’abord la mise en place d’un cessez-le-feu immédiat sur tout le territoire, sous le contrôle de la MINUSCA, la force de l’ONU déployée dans le pays. Mais il n’y a pas de calendrier en tant que tel pour que les armes soient enfin déposées, mais Sant’Egidio y croit.

Toujours sur le plan sécuritaire, les signataires s’engagent à rétablir la libre circulation des biens et des personnes ainsi que la restauration de l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue du territoire national.

Sur le plan politique ensuite, le gouvernement du président Faustin Archange Touadéra promet de reconnaître les différents groupe armés, -Séléka, anti-balaka et autres factions-, comme partie prenante de la reconstruction d’un pays exsangue, après quatre années de massacres, de tensions interreligieuses et inter-ethniques.

Dans ce contexte, des membres de ces groupes armés feront l’objet d’une «insertion (…) dans les forces de défense» du pays, suivant des «critères préétablis» et suite à une «mise à niveau».

Sur le plan humanitaire et social enfin, toutes les parties s’engagent à permettre la libre circulation des ONG, ainsi que le retour de tous les réfugiés et déplacés dans leurs villages et maisons. (source : .Radio-Vatican)

* * * * * *

Indonésie - TRENTE SEPT DIACRES ORDONNES DANS L'ILE DE FLORES

« L’île de Flores, en Indonésie, est une terre fertile en vocations religieuses et sacerdotales. Le démontre le fait qu’en huit jours seulement, le samedi 10 et le Dimanche 18 juin, à Maumere, ont été ordonnés 37 Diacres ».

C’est ce que nous fait savoir le Père Luigi Galvani, qui vit dans l’île au titre de son engagement missionnaire. « Du total – continue le religieux – 18 appartiennent aux Verbites, 16 proviennent des quatre Diocèses de l’île de Flores et 3 sont des Missionnaires des Cœurs de Jésus et de Marie.

Tous suivent leurs études théologiques au Séminaire des Verbites de Ledalero, qui, avec ses quelques 1.000 étudiants provenant de 12 Instituts religieux différents, est considéré comme le plus grand Institut philosophique et théologique d’Asie .

A Flores, seule île à majorité catholique d’Indonésie, l’Eglise semble ne pas connaître de crise des vocations. En effet, chaque année, des centaines de jeunes, filles et garçons, entrent dans les différentes communautés religieuses et dans les séminaires pour y débuter leur formation.

Nombre d’entre eux iront un jour prêter main forte aux centaines missionnaires indonésiens déjà présents dans les différents pays du sud-est asiatiques. » conclut le missionnaire. (source : Fides)

* * * * * *

Indonésie - LE PLURALISME RELIGIEUX INTEGRE A LA CONSTITUTION

A Djakarta, les responsables politiques, le 7 juin, les dix membres de la nouvelle Commission mise en place par le président Joko ‘Jokowi’ Widodo prêtaient serment au Palais présidentiel. afin de promouvoir le « Pancasila ».

Le pancasika est la doctrine du pluralisme indonésien intégrée à la Constitution, De leur côté, à l’occasion de leur rencontre pastorale annuelle, les prêtres de l’archidiocèse de Djakarta se réunissaient autour de leur évêque, Mgr Ignatius Suharyo Hardjoatmodjo, pour analyser la situation du pays, suite à la condamnation pour « blasphème » de l’ancien gouverneur Ahok, et réfléchir aux moyens à mettre en œuvre pour préserver l’unité du pays, troisième principe du Pancasila.

« La gouvernance du pays est fondée sur cinq principes » : la croyance en une divinité unique, une humanité civilisée et juste, l’unité nationale, la démocratie et la justice sociale.

Cette mobilisation en faveur du Pancasila intervient alors que ses valeurs sont de plus en plus menacées par l’influence croissante des groupes islamistes radicaux qui se répandent dans l’archipel.

Ces mouvements radicaux ont pour ambition de remplacer le Pancasila par des lois inspirées par la charia et de créer un Etat islamique en Indonésie. Depuis son élection en 2014, le président de la République d’Indonésie a procédé à la dissolution du mouvement Fajar Nusantara et, plus récemment encore, a réclamé celle du mouvement Hizbut Tahrir Indonesia (HTI), considérant que ses activités entraient en contradiction avec le Pancasila et constituaient une menace pour l’unité nationale.

Si l’agence mise en place par le président Jokowi partage les mêmes ambitions que celle instaurée par Soeharto, le porte-parole présidentiel, Johan Budi, a tenu à rassurer. « Bien évidemment, les méthodes de travail ne seront pas les mêmes.

Nous allons développer des façons originales de diffuser le message du Pancasila, par exemple en diffusant des vidéos sur Youtube et sur les réseaux sociaux », a-t-il déclaré au Jakarta Post. Et d'insister : « Cet organe est mis en place pour diffuser les valeurs du Pancasila, mais il n’a aucune autorité pour déclarer une organisation, ou une personne, comme opposée au Pancasila ».

Parmi les dix membres de la nouvelle Commission mise en place le 7 juin,figurent notamment quatre responsables religieux, représentants quatre des six religions officiellement reconnues dans l'archipel : l’islam, le protestantisme, l’hindouisme et le bouddhisme.

Seul le catholicisme et le confucianisme ne sont pas représentés au sein de cette instance. Ce qui n'empêche pas qu'en Indonésie, l’Eglise catholique est très engagée dans le dialogue interreligieux et développe régulièrement des initiatives en faveur de l’unité du pays.

L'an dernier, lorsque le président de la République avait décidé de faire du 1er juin un jour férié, l’archevêque de Djakarta avait déclaré à AsiaNews que le Pancasila « encourag[eait] l’unité des Indonésiens, malgré la diversité des ethnies, des langes, des cultures, des religions ». Et il assurait : « C’est ce qui de fait de l’Indonésie un pays. Grâce au Pancasila, nous pouvons vivre en paix. » (source : Mepasie)

* * * * * *

Chine - DES NEGOCIATIONS ENTRE ROME ET PEKIN

Le Vatican s’apprête à accueillir d’ici la fin du mois une délégation venue de Pékin pour discuter de la finalisation d’un éventuel accord entre l’Eglise catholique et le régime chinois.

Pour “Eglises d’Asie, ” l’issue des négociations reste toujours aussi délicate à discerner. Après la visite à Pékin d’une délégation romaine en mars dernier, c’est donc au tour d’une délégation chinoise de faire le voyage de Rome.

Selon ” l’agence d’information des missions étrangères de Paris, les négociateurs chinois devraient rencontrer leurs homologues du Saint-Siège dans les prochains jours.

Selon des sources chinoises, la composition de la délégation chinoise a légèrement évolué sans qu’il soit néanmoins possible d’en tirer des conclusions quant à l’issue des débats.

Du côté romain, il y a eu également un ou deux changements.

L’issue des négociations reste toujours aussi délicate à discerner. Les parties verrouillent toute communication. Les rumeurs qui circulent ressemblent plus à des fuites organisées pour laisser à penser que l’accord sur le point d’aboutir va dans telle ou telle direction.

Ce que l’on peut dire avec une certaine évidence, c'est que l’un des points des négociations concerne le sort réservé aux sept évêques ‘officiels’ qui ne sont pas en communion avec Rome. Pékin ne peut que vouloir leur ‘légitimation’ par le pape, tandis que Rome tient à faire respecter les principes qui gouvernent l’Eglise et l’impossibilité manifeste de réintégrer certains des sept dans la communion du corps épiscopal.

En Chine, on pense que le pardon du pape François pour deux des sept évêques excommuniés est quasi acquis: il s’agit de Mgr Ma Yinglin, évêque de Kunming, et de Mgr Guo Jincai, évêque de Chengde, respectivement président et secrétaire général de la Conférence des évêques ‘officiels’ de Chine.

Un autre point de négociation concerne la place et le rôle des évêques ‘clandestins’ non reconnus par Pékin. Ils sont au nombre d’une trentaine. Rome veut obtenir des garanties quant à la reconnaissance de leur statut par les autorités chinoises de leur statut et de leur rôle épiscopal.

Parmi les autres sujets au menu des négociations figure le mode de nomination future des évêques, l’usage prévalant à ce jour étant tout sauf formalisé. (source : Mepasie)

* * * * * *

Rome - LES TRAGEDIES VECUES PAR LES CHRETIENS D'ORIENT

Le Pape s’est adressé aux membres de la ROACO, la Réunion des Œuvres d’Aide aux Églises Orientales, rassemblés à Rome pour leur 90e session plénière.

Cet organisme soutient les Églises présentes sur les territoires d’Europe de l’Est et du Moyen-Orient placés sous la responsabilité de la Congrégation pour les Églises orientales, un dicastère qui célèbre cette année son centenaire. Dans son discours, le Pape a évoqué les tragédies vécues par de nombreux chrétiens en Orient, tout en appelant à ne pas désespérer et à suivre le Christ dans la Croix, mais aussi dans la Résurrection.

«Les Églises orientales ont souvent été frappées par de terribles vagues de persécutions et de tourments, que ce soit en Europe de l’Est ou au Moyen-Orient. De fortes émigrations en ont affaibli la présence dans les territoires où elles avaient fleuri depuis des siècles»,

«Maintenant, grâce à Dieu, certaines d’entre elles sont retournées à la liberté après la douloureuse période des régimes totalitaires, mais d’autres, particulièrement en Syrie, en Irak et en Égypte, voient leurs enfants souffrir à cause de la persistance des guerres et des violences insensées perpétrées par le terrorisme fondamentaliste».


Et le Pape de rappeler que suivre le Christ implique d’assumer l’expérience de la Croix, et que les drames qui font vivre l’expérience de la Croix de Jésus sont donc «une cause de tourment et de souffrance, mais en même temps source de salut».

Le Pape a aussi rappelé que la survie du patrimoine chrétien se joue avant tout dans le cœur des fidèles : «Quand il n’est pas possible de réparer ou de maintenir les structures, nous devons continuer à être temple vivant du Seigneur, en rappelant que "l’argile" de notre existence croyante a été façonnée par les mains du "potier", le Seigneur, qui a infusé en elle son Esprit vivifiant.»

Revenant sur le martyre commun des catholiques, orthodoxes et protestants en Orient, a aussi souligné l’importance d’assurer le soin pastoral des fidèles orientaux contraints à l’émigration, pour qu’ils puissent continuer à vivre leur foi dans les pays d’accueil «selon leur propre tradition ecclésiale», constituant ainsi «un pont entre Orient et Occident». (source : .News.va)