le monde       Nouvelles des Églises.

 


Rome - L'ORDINATION DES FEMMES, UN RISQUE DE SCHISME

Le cardinal Kurt Koch estime, s’appuyant sur des exemples d’autres Eglises chrétiennes, que les mouvements en faveur de l’ordination des femmes créent des problèmes énormes.

S’adressant à des journalistes le 16 juillet au monastère de Kremsmünster en Autriche, le président du Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens a fait référence à l’Eglise anglicane qui se trouve au bord du schisme à cause de la question de l’ordination épiscopale des femmes.

Pour lui, l’Eglise luthérienne est confrontée à la réalité de ces ordinations. Et cependant une Eglise protestante comme celle de Lettonie vient de décider de les refuser.

C’est bien pour éviter cela que Jean-Paul II a estimé ne pas avoir le pouvoir d’ouvrir aux femmes la prêtrise. Quant au pape François, le cardinal Koch estime qu’il est sur la même longueur d’onde et que cette question n’est pas ouverte.

Revenant à la préoccupation majeure de son Conseil pontifical – l’unité des chrétiens – il s’est prononcé pour une coopération plus étroite des Eglises sur les questions plus « laïques ». Sur des problématiques politiques ou dans des cas de crises, il est indispensable que les confessions adoptent une position coordonnée entre elles.

C’est notamment indispensable quand il s’agit de la crise des émigrés et de donner comme exemple la demande conjointe de la communauté catholique de Sant’Egidio et de l’Eglise vaudoise  d’ouverture de corridors humanitaires au Liban, au Maroc et en Ethiopie.

« Beaucoup peut être accompli dans ce domaine, sans soulever le moindre problèmes. Faire entendre la voix des chrétiens dans leur ensemble est déjà une preuve d’unité de la foi ». Et pourtant de nouvelles différences apparaissent, notamment sur le plan éthique de la protection de la vie ! Faut-il inverser les valeurs du mouvement œcuménique, à savoir « la foi divise, mais l’action unit » ? (source : KNA)

* * * * * *

Croatie - LE CARDINAL STÉPINAC DEVANT L'HISTOIRE ET L'ÉGLISE

Une commission historique a été chargée par le Pape de procéder à une relecture commune de la vie du cardinal Stepinac afin de répondre à l’exigence d’éclaircir certaines questions historiques.

Des évêques et des historiens croates vont l'étudier conjointement avec des évêques de l’Eglise orthodoxe serbe. Alojzije Stepinac archevêque de Zagreb de 1937 à 1960 est un héros national, martyr du communisme pour les uns, traître à la patrie pour les autres pour avoir pactisé avec le régime pro-nazi des Oustachis.

Une commission mixte patronnée par le religieux français Bernard Ardura, président du Conseil pontifical des sciences historiques, a été chargée par le Pape de procéder à une relecture commune de la vie du cardinal.

Au Vatican, on précise que le résultat de ce travail scientifique, basé sur la documentation disponible et sa contextualisation, n’interfèrera pas sur le processus de canonisation qui est de la seule compétence du Saint-Siège.

Au sortir du conflit, en septembre 1946, il est arrêté sur ordre des autorités communistes, qui ont pris le pouvoir en Yougoslavie, car il rejette l’ordre de Tito de créer une “Eglise nationale serbo-croate“ indépendante de Rome.

Au terme d’un procès très discuté, il est condamné à 16 ans de travaux forcés et emprisonné par les autorités yougoslaves pour collaboration avec les Oustachis et complicité dans la conversion forcée de serbes-orthodoxes au catholicisme. On l’accuse également de complicité passive avec le génocide de centaines de milliers de Serbes, Juifs et Tsiganes par le régime oustachi.

En 1952, il est créé cardinal par Pie XII. Le prélat meurt le 10 février 1960, en résidence surveillée dans son village natal, près de Zagreb. En octobre 1998, il est béatifié par Jean Paul II au sanctuaire de Marija Bistrica, au nord de la Croatie. Le cardinal Alojzije Stepinac est le premier martyr du régime communiste à avoir été béatifié.

En visite en Croatie en juin 2011, Benoît XVI avait alors évoqué “l’existence héroïque“ du cardinal Stepinac, assurant que ce bienheureux croate, parfois soupçonné de collaboration passive avec le régime pro-nazi des Oustachis, avait su au contraire résister à tout totalitarisme, devenant le défenseur des juifs, des orthodoxes et de tous les persécutés sous la dictature fasciste, et un martyr sous le régime communiste. (source : News.va)

* * * * * *

Munich - ATTENTION A NE PAS TRANSFORMER L’EGLISE EN UNE CITADELLE A DEFENDRE

A l’occasion de la traditionnelle réception annuelle du diocèse de Munich-Freising, l’archevêque Reinhard Marx s’est élevé contre ce conservatisme qui invoque identité et sécurité, tradition et fidélité.

Devant quelque 600 invités le 14 juillet, le cardinal Reinhard Marx a estimé que le rôle de l’Eglise était au contraire de développer des « identités ouvertes » et d’ouvrir l’horizon, mais non d’augmenter le pessimisme actuel.

Le cardinal qui est président de la conférence épiscopale allemande a estimé que nombre de discussions en Allemagne ou ailleurs montraient une tendance à revenir à des attitudes protectionnistes. Pour l’Eglise, cette même tendance de se considérer comme une « citadelle qui devrait être défendue de ses ennemis millimètre par millimètre».

Bien au contraire la vocation de l’Eglise est d’être témoin de l’espoir pour tout homme, qu’ils soient croyants ou non, autochtones ou immigrés.

La ministre-présidente adjointe de Bavière, Ilse Aigner s’est félicité du travail de l’Eglise catholique pour accueillir les réfugiés, montrant ainsi « une image étonnante de la Bavière » sans oublier les actions menées pare les membres de l’Eglise au moment des catastrophes comme les récentes inondations. (source : KNA)

* * * * * *

France - SUR LE PARVIS DE NOTRE-DAME, ILS APPELLENT À LA PAIX

Ils
étaient 300 jeunes, le samedi 16 juillet, rassemblés sur le parvis de Notre-Dame de Paris manifestant leur solidarité et leur désir de paix, deux jours après l’attentat qui a frappé Nice.

Parmi les capitales européennes, c’est Paris qui avait été retenue par Sant’Egidio en 2015, pour cette 6ème rencontre européenne quelques mois après les attentats de janvier.

La préfecture de police avait envisagé d’annuler l’événement pour des raisons de sécurité, elle a finalement renforcé le dispositif de sécurité autour du parvis de la cathédrale associant ainsi les milliers de visiteurs venant de tous pays pour la visiter.

France, Belgique, Italie, Espagne, Portugal, Allemagne, les jeunes de huit pays s’étaient donné rendez-vous et pendant près de trois heures, les jeunes de Sant’Egidio et les touristes intrigués ont pu chanter et écouter une série de témoignages,.

Il n’y avait pas que des jeunes mais également quelques personnes âgées, venues de la maison de retraite du 5e arrondissement, à qui la communauté parisienne de Sant’Egidio rendent visite tous les samedis.

À l’issue de la journée, trois jeunes ont clôturé la manifestation avec « L’appel pour la Paix ». « Notre présence ici signifie notre refus de céder à la peur et au repli sur soi car personne ne pourra nous voler notre rêve, le rêve de changer nos villes pour changer l’Europe », lancent-ils.

À travers ce texte, lu en français puis en anglais, ces jeunes ont tenu à partager leur vision de l’Europe, celle qui accueille des réfugiés et ouvre des couloirs humanitaires. Car, pour eux : « l’Europe nous plaît quand elle construit des tunnels ou des ponts pour relier nos pays » et les personnes.

Les prochaines rencontres de Sant'Egidio auront lieu à Barcelone fin août 2017. (source : .diocèse de Paris)

* * * * * *

Soudan-Sud - LES ÉVÊQUES D'AFRIQUE ORIENTALE CONDAMNENT LA VIOLENCE

« Dans un esprit de solidarité, nous, évêques des Conférences épiscopales d’Afrique orientale (AMECEA) condamnons tout acte de violence sans exception. Combattre ainsi quel qu'en soit le motif représente un acte mauvais et injustifiable ».

Le communiqué a été signé par le président de l’AMECEA, le Cardinal Berhaneyesus D. Souraphiel, archevêque d’Addis Abeba.

Les évêques se déclarent « attristés par les conséquences tragiques de la violence qui s’est déchaînée à Juba à compter de la soirée du 7 juillet, violence qui a causé plus de 100 morts et des milliers de personnes innocentes sans abri ».

Se référant à la Constitution "Gaudium et Spes" sur le partage des joies et des douleurs de la part de tous les disciples du Christ, le texte affirme : « Nos frères et sœurs de République du Soudan du Sud ont besoin de notre soutien pour continuer à vivre une vie digne ».

En rappelant la dignité de la personne humaine proclamée dans l’Ecriture Sainte, ils concluent : « Nous sommes encouragés par toutes les voix qui ont invité au calme et à la fin des combats. Nous ajoutons nos voix aux leurs et sollicitons tous les militaires et les civils à s’abstenir de toutes les actions qui peuvent enflammer et faire dégénérer la situation… Le dialogue pacifique est la seule voie praticable pour parvenir à la fin du conflit ». (source : .Fides)

* * * * * *

Celam - LA BIBLE EN AMÉRIQUE LATINE

A sa charge d'évêque auxiliaire du diocèse mexicain de Morelia, Mgr Juan Espinoza Jiménez est aussi secrétaire général du Celam (Conseil épiscopal latino-américain) depuis plus d'un an, plus spéicalement chargé de la formation des fidèles.

« J'assume peu à peu cette mission, pleinement conscient de tout ce qu'exige ce service qui m'a été confié», commente-t-il dans l'hebdomadaire espagnol «Vida Nueva».

Outre le secrétariat général du Celam, il assumera donc la direction du "Cebitepal", le Centre biblique théologique pastoral pour l'Amérique latine et les Caraïbes. «Lors de la dernière assemblée, nous avons beaucoup misé sur le renforcement de la partie administrative et sur la formation. Nous allons consacrer une grande partie des efforts du quadriennat à tout cela », explique-t-il.

Un effort de formation ... Ses compétences bbliques lui permettront de poursuivre une nouvelle publication du Nouveau Testament, nécessaire dans la formation théologique des fidèles.(source : Aci-prensa)

* * * * * *

Sri-Lanka - ÉRADIQUER LE TRAFIC DE LA DROGUE CHEZ LES JEUNES

L ’Eglise doit s'unir à tous ceux qui luttent contre le trafic de drogue et qui luttent contre la toxicomanie, insiste le cardinal Malcolm Ranjith, archevêque de Colombo, marqué par la plainte d'un directeur d'école.
 
Ce directeur d’une école catholique qui avait découvert que 15 de ses élèves faisaient grand usage de la cocaïne et de la marijuana, avait demandé au cardinal de sensibiliser les paroisses, les associations et les mouvements chrétiens.

« Nous devons élever la voix contre les trafiquants de drogue qui, souvent, distribuent la drogue non loin des écoles et même certaines drogues entrent dans le pays en se faisant passer pour des « médicaments ». Il est urgent d’adopter des lois rigides et restrictives »

Le Cardinal Ranjith a également exhorté les responsables religieux de tout confession, la police, les éducateurs et les hommes politiques à prendre leurs responsabilités et à s’unir pour affronter et vaincre la plaie du trafic de drogue et la diffusion de la toxicomanie.

Dans le même temps, l'évêque auxiliaire de Colombo, Mgr Maxwell Silva annonçait une marche de sensibilisation pour le 30 juillet, y invitant les organisations religieuses et les organisations de la société civile. (source : Fides)

Retour au sommaire